La discrimination des personnes LGBT au travail

La discrimination des personnes LGBT au travail

La discrimination à l’encontre des personnes LGBT au travail est fréquente : 90 % d’entre elles considèrent qu’être LGBT est « un désavantage » pour trouver un emploi.

Quatre personnes LGBT sur dix révèlent qu’elles ont déjà eu peur de parler de leur orientation ou de leur identité, selon un rapport diffusé dans un magazine lgbt

La majorité des personnes LGBT, soit 90 %, considèrent leur orientation sexuelle ou leur identité de genre comme un « désavantage » lorsqu’il s’agit de trouver un emploi et un pourcentage similaire, 86,6 %, estime qu’il est nécessaire de la cacher lors d’un entretien d’embauche.

Quatre personnes transgenres sur dix disent avoir été rejetées lors d’un entretien à cause de cela. C’est ce que souligne le rapport intitulé Towards Inclusive Workplaces. Discrimination à l’encontre des personnes LGBT sur le lieu de travail, présenté par le secteur LGBT.

L’étude se fonde sur une enquête réalisée au premier trimestre de cette année auprès de 3 344 personnes, dont 1 260 sont LGBT, et vise à fournir « un instantané de ce qui se passe sur le lieu de travail » par rapport à cette question. Les résultats de cette étude révèle que, malgré « l’acceptation généralisée » que les résultats montrent dans la sphère sociale, les personnes LGBT continuent de subir et de percevoir des discriminations et des obstacles dans l’emploi. Trois répondants sur quatre révèlent qu’ils ont déjà eu peur de parler de leur orientation sexuelle ou de leur identité de genre.

En conclusion, la violence LGBTIphobique est « très présente » sur les lieux de travail, à partir desquels un échantillon a été sélectionné qui représente « pratiquement tous les secteurs productifs ». 

Certaines données pertinentes à cet égard montrent que plus de quatre travailleurs LGBT sur dix, soit 42,25 %, affirment avoir subi une forme d’agression verbale envers eux-mêmes ou d’autres personnes LGBT. 35% de l’échantillon d’hétérosexuels disent avoir été témoins de ces situations, mais dans plus de la moitié des cas (55,66%), les personnes LGBT n’ont pas reçu de soutien.

Témoignage : 

« Je suis visiblement gay et ils ont essayé de me discréditer en répandant des rumeurs. Le dernier en date, « sale pédé », dit que j’ai « le pire d’un homme gay et le pire d’une femme« . Il s’agit d’une tentative d’affecter ma réputation, afin de m’isoler et de limiter ma projection professionnelle, le tout basé sur des préjugés sur mon orientation sexuelle », révèle un technicien d’une entreprise de taille moyenne, âgé d’une cinquantaine d’années, aux auteurs de l’étude, qui ont également intégré des entretiens qualitatifs. 

Un taux de chômage élevé chez les personnes transgenres

L’étude met particulièrement l’accent sur la réalité à laquelle sont confrontées les personnes transgenres, qui, selon les résultats, souffrent d’un taux de chômage deux fois plus élevé que celui des personnes non transgenres.

La situation de discrimination, souligne le rapport, « peut être aggravée si vous êtes une femme ou une personne trans » et, en outre, malgré le fait que les personnes LGBT rencontrent généralement ce type d’obstacles, « elles disposent de peu d’outils pour les combattre« .

C’est pourquoi des syndicats mettent en place un canal de signalement direct des cas de discrimination sur le lieu de travail fondée sur l’orientation sexuelle, l’identité de genre et l’expression de genre « visant à lutter contre la discrimination à l’égard des personnes LGBT sur le lieu de travail ». « La violence contre le collectif LGBT ne peut pas être normalisée et les lieux de travail ne peuvent pas être construits comme des centres d’exclusion, comme des endroits où les personnes LGBT ne se sentent pas en sécurité ». 

La sphère professionnelle doit s’engager à former les travailleurs et les délégués syndicaux « afin qu’ils disposent de connaissances suffisantes pour détecter l’homophobie et la transphobie » et pour les affronter « lors de la négociation des conventions collectives ».

Il faut également l’approbation de protocoles contre le harcèlement fondé sur l’orientation sexuelle, l’identité de genre ou l’expression de genre sur le lieu de travail et prévoit de soutenir les personnes transgenres. Les politiques sur le travail et le monde du travail doit également veiller à la promotion des lois LGBT, Trans et Égalité de traitement que le gouvernement s’engage à promouvoir.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.